..................

Photographies du monde.

Voyager, rêver, découvrir les autres, soi-même..........

Home / Courtauld

Samuel Courtauld (1876 - 1947) est un industriel anglais, collectionneur d'art et fondateur du Courtauld Institute of Art et de la Courtauld Gallery à Londres en 1932. Samuel Courtauld joue un rôle fondamental dans la reconnaissance de Cézanne au Royaume-Uni, en rassemblant le plus grand ensemble du peintre, dont la Montagne Sainte-Victoire au grand pin et l’une des cinq versions des Joueurs de cartes. Seurat constitue l’autre point fort de la collection avec un ensemble significatif de quatorze œuvres, dont La Jeune Femme se poudrant. Les liens qu’entretient Samuel Courtauld avec la France sont déterminants dans les motivations et l’esprit de sa collection. Sa famille, originaire de l’île d’Oléron, immigre à Londres à la fin du XVIIe. D’abord orfèvres, ses ancêtres créent une entreprise de textile en 1794 qui deviendra avec l’invention de la viscose, fibre synthétique révolutionnaire, une des plus importantes entreprises de textile au monde au tout début du XXe siècle. Samuel Courtauld accède à sa présidence en 1921 et accompagne son développement jusqu’en 1945. Francophile, il se rendra régulièrement à Paris, notamment pour acheter des œuvres auprès des marchands français, conseillé entre autres par l’historien d’art et marchand Percy Moore Turner. Sa collection, constituée entre 1923 à 1929, en moins de 10 ans, en parfaite concertation avec sa femme Elizabeth, est d’abord montrée dans leur demeure néoclassique de Home House, construite par l’architecte Robert Adam en 1773-1777, située à Portman Square, au centre de Londres. En 1931, la volonté de Samuel Courtauld de donner au public un accès à l’histoire de l’art et aux œuvres se poursuivra à travers la création de l’Institut Courtauld, abrité dans la demeure familiale de Home House. Il ajoute à ce don celui de la moitié de sa collection, soit soixante-quatorze œuvres (peintures, dessins, estampes) parmi lesquelles les étudiants circulent librement. Le reste de la collection, augmentée de quelques œuvres acquises ultérieurement, sera transmis au moment de sa mort à l’Institut Courtauld.